Les normes à suivre sur l’installation d’une VMC

normes à suivre sur l’installation d’une VMC

La VMC ou Ventilation Mécanique Contrôlée s’utilise exclusivement pour renouveler en continu l’air et réguler le taux d’humidité dans un logement. Pour le moment, elle n’est pas encore obligatoire, mais ce système d’isolation de plus en plus performant est aujourd’hui incontournable. Se déclinant en deux types bien distincts (le simple flux et le double flux), la VMC est relativement facile à installer.

Cependant, cette opération est soumise à une règlementation stricte. Avant de penser à installer une VMC chez vous, vous devez prendre en compte les détails concernant l’installation et l’exploitation de celle-ci dans un logement collectif ou individuel. Pour ce faire, nous avons réuni pour vous ces quelques informations pratiques.

Les normes relatives à l’installation en habitation

Le décret du 22 octobre 1955 et l’arrêté du 14 novembre 1958 sont les références appropriées lorsqu’on parle de règlementation relative à la ventilation mécanique contrôlée. Bien que rien ne mentionne une éventuelle vmc obligatoire, des lois sont prévues concernant ce système d’aération, dans le but de la normaliser pour tous les ménages.

Il est stipulé dans le décret de 1955 que l’aération des pièces principales et des cuisines d’un logement doit être assurée de manière efficace. Elle est ensuite intégrée à l’arrêté du 14 novembre 1958 pour indiquer clairement que les VMC sont reconnues comme systèmes pouvant aérer lesdites pièces, en complémentarité avec les fenêtres ou grilles d’aération.

D’autres arrêtés ont ensuite vu le jour, sans pour autant rendre impératif l’usage de ce système dans les maisons. À titre exemplaire, en 1969, un arrêté exige la pose d’entrées d’air dans toutes les pièces principales, et d’évacuation d’air vicié dans les pièces de services. Ce n’est qu’à travers la RT2012 que la règlementation rend obligatoire l’usage d’une VMC performante dans les logements neufs.

normes relatives à l’installation en habitation

Le NF DTU 68.3 : Travaux de bâtiment et installations de ventilation mécanique

Cette norme est structurée en 6 parties qui visent toutes essentiellement à définir des règles à respecter dans le processus d’installation d’une VMC. Elle s’adresse aux fabricants, aux professionnels (chauffagistes et électriciens), ainsi qu’aux propriétaires. La NF DTU 68.3 s’articule principalement autour de trois types de VMC, à savoir la VMC autoréglable, la VMC gaz, et la VMC double flux. Grâce à elle, on est informé des règles de calcul sur lesquelles s’appuyer pour dimensionner l’une de ces ventilations.

Le marché regorge actuellement de variétés de VMC pouvant être mise en place dans un appartement et tout autre type de logement. Face à cette grande diversité, cette norme dispose d’une partie qui définit les critères à tenir compte lors du choix des matériaux adaptés pour ces systèmes de ventilations. Une partie de cette norme est consacrée aux clauses administratives à respecter, en commençant par la conception, jusqu’à la mise en œuvre.

D’autres arrêtés comme celui du 24 mars 1982 viennent compléter ces normes pour les rendre plus adaptés aux types de logements actuels. Celui-ci définit les débits à respecter par les VMC. L’unité étant le mètre cube par heure, ce débit tient en compte les nombres de pièces dans l’habitation à ventiler, ainsi que la destination de chaque pièce.

Previous post Quel est le meilleur type de matelas pour vos enfants ?
Next post 10 idées de tenues automnales pour vos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *