Protéger ses revenus en cas d’incapacité de travail : comment faire ?

Protéger ses revenus en cas d’incapacité de travail

Quand on est encore jeune, débordant d’énergie et pouvant travailler normalement, on a tendance à penser que cette situation est permanente. Cependant, nul n’est à l’abri d’accidents ou maladies pouvant entraîner une invalidité permanente totale ou partielle.

Cette situation vous empêche de travailler, et une baisse considérable des revenus se fera vite ressentir. Bien que ce genre d’imprévus puissent être improbables pour vous, il serait plus judicieux de vous en protéger pour garder.

Reconnaître une situation d’incapacité de travail

On peut définir l’invalidité comme une diminution irréversible des capacités physiques et/ou mentales d’un individu. Son origine doit être obligatoirement non professionnelle (due à une maladie, accident ou autre aléa de la vie courante). Il incombe à la Sécurité sociale de reconnaître qu’une personne est invalide ou non.

Mais aussi, un médecin membre du conseil de l’Assurance maladie peut déclarer la personne comme étant invalide. Le résultat est définitif et sans appel quand il est jugé que la capacité de travail du concerné est réduite d’au moins deux tiers.

Souscrire une assurance spéciale invalidité

La sécurité sociale prévoit une rente invalidité, souvent très peu pour garder sa mode de vie actuelle. Le montant de la pension versée est compris entre 30% à 50% de votre revenu, dont le montant maximum est fixé à 2 840,42 euros. Tous ne peuvent pourtant pas y prétendre sans un justificatif d’invalidité.

La personne en question doit correspondre à au moins un taux d’invalidité de 33%. Le site https://pareto.be/fr/ fait remarquer qu’il y a deux types d’invalidité, à savoir la permanente partielle (IPP) et la permanente totale (IPT). Tous deux sont pris en charge par la sécurité sociale, sous certaines conditions, selon le cas.

Souscrire une assurance spéciale invalidité

De par le faible montant accordé, vous êtes tenu de trouver d’autre solution pour préserver vos revenus. La première option est de souscrire une assurance maintien de salaire. Elle peut être individuelle, c’est-à-dire que le salarié peut souscrire de son propre chef à une assurance perte de salaire.

Vous aurez à verser une mensualité afin de construire un capital qui vous sera reversé si un tel cas se présente. L’entreprise peut également prévoir une assurance perte de salarié collective pour tous ses salariés.

Opter pour une prévoyance familiale

L’avantage avec cette seconde option est qu’elle ne s’adresse pas qu’aux salariés, mais elle offre également une couverture optimale à toutes les familles. Il importe peu que l’assuré soit salarié ou retraité, tant qu’il a pu payer ses mensualités dans les délais.

Si par malheur votre invalidité est confirmée, l’organisme de prévoyance devra vous verser des indemnités, une rente ou un capital, selon les termes de votre contrat. Dans cette optique, vous pouvez vous concentrer sur votre rétablissement au lieu de vous préoccuper des soucis financiers. Votre famille pourra conserver son niveau de vie, les laissant ainsi réfléchir sereinement à la suite des évènements.

Votre choix devra se faire selon vos besoins. Si vous n’avez aucune personne à charge, l’assurance salarié sera plus intéressante pour vous. Par ailleurs, vous pouvez demander un devis gratuit sur internet, et faire des comparaisons afin de trouver la meilleure offre.

Previous post Que faire après un accident de voiture
Next post Les 3 meilleurs matelas respirant pour bébé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.